Amérique australe

  • Argentine
  • Chili (y compris l’île de Pâques)
  • Iles Malouines (Royaume-Uni)
  • Uruguay

L’Amérique australe comprend des climats et des paysages extrêmement variés, allant des forêts tropicales jusqu’aux glaciers. Les infections transmises par l’eau et les aliments sont fréquentes dans toute la région. Celles transmises par les insectes concernent surtout le nord de l’Argentine.

VACCINS RECOMMANDÉS
  • Vaccins usuels : dTP, hépatite B, rougeole.
  • Hépatite A, fièvre jaune (et typhoïde en cas de séjour prolongé) : Argentine, Chili, île de Pâques, Uruguay.
  • Rage : en cas de séjour prolongé en zone rurale ou de séjour aventureux en Argentine, Chili et Uruguay.

Problèmes liés au climat et à la géographie

– Comme dans le reste de l’hémisphère Sud, les saisons sont inversées ; l’hiver austral a lieu de juin à septembre.
– Protégez-vous de la chaleur et du soleil dans les zones arides, au sud-est de l’Argentine et au nord du Chili (désert de l’Atacama), en particulier en été.
– Protégez-vous du froid au sud de l’Argentine et du Chili (en Patagonie et en Terre de Feu ), en particulier en hiver.
– Le nord de l’Argentine offre un climat tropical proche de celui rencontré dans le reste de l’Amérique du Sud. Le climat est plus tempéré en Uruguay et dans le centre de l’Argentine et du Chili. En Uruguay, l’humidité relative ainsi que les brusques changements de température et de pression atmosphérique peuvent être particulièrement fatigants et éprouvants. Ce climat est déconseillé aux personnes qui souffrent de troubles respiratoires.
– Des vents violents frappent l’Uruguay au printemps et à l’automne. Les inondations et les périodes de sécheresse reviennent régulièrement.
– L’Argentine et le Chili sont traversés par la cordillère des Andes dont certains sommets sont difficiles et dangereux (mal aigu des montagnes, météo changeante, possibilités de secours limitées). Les personnes peu entraînées ne doivent pas s’y aventurer.
– Il existe un risque de séismes et d’éruptions volcaniques au nord du Chili (faille de Nazca). De nombreuses petites secousses (« tremblores ») sont souvent perceptibles.

Problèmes liés aux transports

  • Transports routiers
    Le réseau routier est en assez bon état partout, mais il existe de nombreuses pistes non asphaltées et les stations service se font parfois rares ; prévoyez une réserve de carburant. Les conducteurs sont souvent indisciplinés (pas de clignotant, dépassement par la droite, etc.). Restez très prudent au volant, en particulier en Argentine, pays souffrant d’une très forte insécurité routière. Dans ce pays, il est préférable d’utiliser les transports en commun, les taxis (attention néanmoins aux taxis illégaux) ou le réseau des bus qui est plutôt dense et efficace.
    Au Chili, les automobilistes en état d’ébriété sont immédiatement placés en détention préventive ; les contrôles sont très fréquents.
  • Transports maritimes
    Le long des côtes du Chili, la météo changeante peut rapidement devenir dangereuse pour les plaisanciers.

Maladies transmises par l’eau ou les aliments

– La diarrhée du voyageur n’est pas rare en Argentine et au Chili (y compris sur l’île de Pâques) ; elle est plus fréquente en Uruguay. Le respect des règles d’hygiène corporelle et alimentaire est indispensable. L’eau du robinet est potable en Uruguay ainsi que dans les grandes villes d’Argentine et du Chili, mais à éviter dans les régions tropicales.
– L’hépatite A est présente en Argentine, en Uruguay, dans le sud du Chili et sur l’île de Pâques. Pensez à vous faire vacciner. La typhoïde est beaucoup plus rare.
– La brucellose, l’hydatidose et diverses parasitoses intestinales (amibes, Giardia, vers, etc.) sont également présentes dans la région.
– Les activités en eau douce comportant un risque de leptospirose, discutez avec votre médecin de l’éventualité d’une vaccination en cas d’expositions répétées.
– Des cas de larva migrans cutanée sont possibles, notamment sur les plages. Évitez de marcher pieds nus et de vous coucher directement sur le sable.

Maladies transmises par des insectes (hors paludisme)

Les infections transmises par les insectes sont courantes en Argentine, en particulier dans le nord du pays (région tropicale). La plus fréquente est la dengue (en Argentine, aux frontières avec le Brésil, la Bolivie et le Paraguay). Les leishmanioses existent aussi dans les zones les plus tropicales mais le risque reste faible. Les mesures de protection contre les insectes doivent être respectées.

PRÉVENTION DU PALUDISME
  • Le risque est essentiellement dû à Plasmodium vivax et il est surtout saisonnier (octobre à mai), notamment dans les provinces du nord de l’Argentine (Corrientes, Jujuy, Misiones) et du sud du Paraguay (Alto Paraná, Amambay, Caaguazú, Canindeyú, Guairá, Misiones, Paraguarí, San Pedro).
  • Sauf situation particulière, la chimioprophylaxie n’est pas nécessaire. Lorsqu’elle l’est, Nivaquine suffit.

Maladies transmises par d’autres animaux

– La rage est surtout présente dans le nord de l’Argentine à proximité du Paraguay (Formosa et Chaco). Les cas sont rares au Chili et en Uruguay (pas de cas humains depuis plusieurs années). Évitez néanmoins tout contact avec les chiens errants et les animaux sauvages.
– Les rongeurs peuvent également transmettre, par leurs excréments, des fièvres hémorragiques à arénavirus (fièvre de Junin). Lors de séjours prolongés en zone rurale, évitez de dormir à même le sol dans des maisons anciennes et aérez régulièrement votre habitation.

Autres maladies infectieuses

Le VIH/Sida et les IST sont aussi fréquentes qu’en Europe de l’Ouest. Attention aux préservatifs en Argentine, les marques locales sont de qualité médiocre : préférez les marques « A » et « Prime ».

Piqûres et morsures

– Des serpents venimeux sont présents dans le nord de l’Argentine et en Uruguay.
– On trouve également des espèces dangereuses d’araignées au Chili et en Uruguay.
– Des requins sont parfois observés sur les côtes chiliennes.

Restez vigilant

– La baignade en mer est souvent dangereuse en Argentine et au Chili à cause de courants forts et de vagues violentes (rouleaux). Restez sur les plages surveillées.
– Une forte pollution atmosphérique est observée dans les grandes villes du Chili, ce qui peut poser problème aux personnes souffrant de troubles respiratoires (asthme, bronchite chronique, etc.).
– Des mines antipersonnel et antichar demeurent enfouies aux frontières du Chili avec le Pérou, la Bolivie et l’Argentine. Elles sont généralement signalées, mais pas toujours. Évitez les régions peu fréquentées ou situées en dehors des circuits organisés. Renseignez-vous auprès de la police pour connaître les endroits à éviter.

Problèmes liés aux situations politiques et sociales

– Dans la région, les soins sont de qualité mais chers et le paiement des frais médicaux est souvent exigé avant toute intervention. Il est indispensable de contracter avant de partir une assurance voyage avec couverture de vos frais médicaux sur place et rapatriement sanitaire. Si ce n’est pas le cas, prenez une extension de garantie ou faites jouer la complémentarité entre vos différentes assurances.
– La petite délinquance est en recrudescence (vols à la tire, fraudes à la carte de crédit, etc.) mais avec peu d’agressions, sauf en Uruguay. La situation dans les grandes villes exige de rester vigilant, en particulier à Buenos Aires . Mieux vaut se fondre dans la masse et éviter de porter des vêtements de luxe ou des bijoux précieux.
– Les personnes interpellées en Uruguay pour consommation de drogues sont contraintes à se soumettre à un traitement médical de désintoxication.

À GARDER À L’ESPRIT
  • Protégez-vous du soleil et de la chaleur, surtout en été et dans les zones désertiques.
  • Protégez-vous du froid et du vent au sud du continent.
  • Prenez garde au mal aigu des montagnes et au froid dans la cordillère des Andes.
  • Respectez les règles d’hygiène alimentaire et corporelle.
  • Dans le nord de l’Argentine, protégez-vous des insectes qui peuvent transmettre de nombreuses maladies.
  • La baignade en mer peut être dangereuse sur les côtes d’Argentine et du Chili.
  • Restez vigilant dans les grandes villes.

Les informations médicales sont en constante évolution. Ces informations ne prétendent pas se substituer à un avis médical. Suivez toujours les recommandations de votre médecin traitant ou de votre pharmacien. Informations tirées du Guide de la santé en voyage édité par Vidal et du BEH du 1er juin 2010. Maj 06/2010 © Copyright Eurekasanté-VIDAL, 2007-2010