Amérique du Nord

  • Canada
  • États-Unis (y compris Alaska et Hawaï)
  • Saint-Pierre-et-Miquelon

Dans les pays d’Amérique du Nord, les conditions sanitaires sont quasiment identiques à celles de l’Europe. Les risques infectieux particuliers sont principalement liés aux insectes et aux animaux sauvages. Le climat de ces pays est plus extrême qu’en Europe et provoque fréquemment des dégâts (tornades, ouragans, etc.).

VACCINS RECOMMANDÉS
  • Vaccins usuels : dTP, hépatite B, rougeole.
  • Hépatite A : Hawaï.
  • Rage : en cas de séjour prolongé ou aventureux.
  • Maladie de Lyme : en cas de séjour prolongé en zone rurale. Le vaccin est uniquement disponible sur place et ne protège que contre les souches américaines. Il se pratique en trois injections réparties sur douze mois.

Problèmes liés au climat et à la géographie

– La région présente une grande diversité géographique et climatique : le climat tempéré domine, mais on retrouve également un climat tropical à Hawaï et en Floride, un climat aride et semi-aride dans l’ouest des États-Unis, un climat arctique au nord du Canada, en Alaska et à Saint-Pierre-et-Miquelon.
– Certaines protections contre le froid sont indispensables : en hiver, dans le sud du Canada et dans le nord des États-Unis ; toute l’année, dans le nord du Canada et en Alaska. Au Québec, l’hiver s’étend de novembre à avril, avec 150 jours de neige par an.
– Certaines montagnes culminent à environ 6 000 mètres d’altitude : attention au mal aigu des montagnes si vous séjournez à plus de 2 000 mètres.
– Les risques sismiques et volcaniques sont importants en Californie et dans la région de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada).
– Les ouragans et les tempêtes tropicales sont de plus en plus fréquents et violents sur la côte est des États-Unis et celle du golfe du Mexique (surtout de juillet à novembre).
– Les tornades ravagent de temps en temps les grandes plaines en été.
– L’Alaska et le Canada connaissent de fortes crues de mai à août et les activités en eaux douces peuvent être dangereuses. Informez-vous des prévisions météorologiques avant de partir en excursion.

Problèmes liés aux transports

  • Transports routiers
    – Les réseaux routiers sont de bonne qualité, sauf certaines routes secondaires qui peuvent être endommagées à cause des intempéries, en particulier au Canada. Certains équipements sont nécessaires en hiver, dans le nord de la région, à cause des fortes chutes de neige. 
    – Respectez le code de la route local, les infractions sont plus sévèrement punies qu’en Europe (l’excès de vitesse, notamment). Aux États-Unis, obéissez rapidement aux injonctions de la police, sans discuter. Laissez toujours vos mains en évidence lorsque la police vous ordonne de vous arrêter. Évitez de plonger rapidement votre main sur le côté pour détacher votre ceinture, ce geste pourrait être mal interprété.
  • Transports aériens
    Depuis 2001, les mesures de sécurité sont maximales sur tous les vols : contrôles approfondis, nombreuses restrictions sur les marchandises embarquées en cabine, exigence d’un passeport biométrique (excepté pour le Canada), etc. Renseignez-vous auprès de votre compagnie aérienne avant de partir. Répondez avec sérieux et précision aux questions qui vous seront posées par les agents de l’immigration. Toute remarque ou plaisanterie peut vous valoir de sérieux ennuis avec les autorités américaines ou canadiennes.

Maladies transmises par l’eau ou les aliments

– Des cas de diarrhée du voyageur sont possibles, surtout en cas de séjour aventureux ou d’escapade au Mexique. Les mesures d’hygiène alimentaire de base doivent alors être respectées. Si vous partez en randonnée dans les montagnes, évitez de boire l’eau des ruisseaux (risque élevé de giardiose).
– L’hépatite A est rare en Amérique du Nord, la vaccination n’est justifiée que pour Hawaï.
– Quelques maladies parasitaires sont signalées : trichinellose, par exemple.
– Il existe un risque de leptospirose pour les personnes pratiquant des activités en eau douce. Votre médecin pourra vous proposer une vaccination si vous êtes exposé.
– Les poissons de Hawaï et de Floride peuvent être porteurs de la ciguatera.

Maladies transmises par des insectes (hors paludisme)

– Plusieurs maladies transmises par les moustiques sont observées dans la région : la fièvre du Nil, surtout aux États-Unis (Texas, États de l’Est) et plus rarement au sud du Canada ; la dengue à Hawaï. Les mesures de protection contre les piqûres de moustiques sont indispensables, surtout dans les zones marécageuses.
– Les tiques peuvent transmettre plusieurs infections : la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses (surtout à l’ouest des États-Unis) ou la maladie de Lyme (États du nord et du nord-ouest des États-Unis, Canada) pour laquelle un vaccin est disponible sur place. Des précautions contre les morsures de tiques s’imposent pendant et après les promenades dans la nature.

PRÉVENTION DU PALUDISME

Le paludisme est absent de cette région du monde.

Maladies transmises par d’autres animaux

– Évitez tout contact avec les rongeurs ou autres animaux sauvages (raton laveur, renard, mouffette, chauve-souris, etc.) qui peuvent transmettre diverses maladies : fièvres hémorragiques à Hantavirus (maladie Sin Nombre dans les États du sud-ouest des États-Unis), rage (en zone rurale ou forestière), etc.
– Méfiez-vous des mouffettes (skunks ) : effrayés, ces animaux au pelage rayé noir et blanc projettent un liquide nauséabond dont l’odeur persiste plusieurs semaines sur la peau… Les petits écureuils terrestres (chipmunks ), souvent familiers, peuvent mordre et provoquer une infection (pasteurellose ) qui nécessite un traitement antibiotique dans les heures qui suivent la morsure.

Autres maladies infectieuses

– Le risque de VIH/Sida et autres IST est égal à celui de l’Europe de l’Ouest. Utilisez des préservatifs.

Piqûres et morsures

– Les États-Unis abritent plusieurs espèces de serpents venimeux (serpents à sonnette) et d’araignées dangereuses (veuves noires dans la moitié sud du pays). Des sérums antivenins sont disponibles sur place.
– La baignade en mer peut être dangereuse : forts courants, requins, raies géantes, physalies, etc. Restez impérativement dans les zones surveillées.
– Les ours arpentent les sentiers des forêts nord-américaines. Ce sont des animaux dangereux, éloignez-vous si vous en apercevez un. Suivez scrupuleusement les conseils donnés dans les centres d’information et les lieux de campement des parcs naturels. Enfermez toute nourriture dans les coffres fournis à cet effet ou suspendez vos sacs aux branches des arbres (à plus de trois mètres de hauteur et sur des branches de petit diamètre). Ne laissez jamais de produits alimentaires dans une tente ou dans une voiture fermée : les ours sont capables d’arracher une portière pour parvenir à leurs fins !
– En randonnée dans les régions humides du nord de la zone, vous devrez faire face à des nuées de moustiques et de moucherons à partir de juin. Emportez un voile moustiquaire pour vous protéger le visage (coincé dans le col et sous le chapeau).

Restez vigilant

– Renseignez-vous sur la présence de sumac vénéneux (poison ivy), une plante extrêmement irritante qui peut justifier une hospitalisation, ou d’autres plantes vénéneuses dans la région où vous séjournez.
– Évitez la cueillette de fruits ou de champignons et faites attention aux épineux.
– Restez sur les sentiers balisés : le concept de « zone sauvage » (wilderness) mérite son appellation. Il est facile de s’y égarer plusieurs jours…

Problèmes liés aux situations politiques et sociales

– Les infrastructures médicales sont excellentes mais très chères et l’on vous demandera des garanties financières pour le moindre acte médical. Il n’existe pas de convention avec l’Assurance maladie ; tous les frais médicaux seront à votre charge. C’est pourquoi il est vivement conseillé de souscrire, avant votre départ, un contrat d’assurance prévoyant le remboursement des frais engagés et le rapatriement sanitaire, en vérifiant le plafond de couverture qui est parfois insuffisant.
– La criminalité et la délinquance sont en hausse dans les grandes agglomérations (surtout aux États-Unis). Certains quartiers sont à éviter, en particulier la nuit. Les touristes sont les cibles privilégiées des voleurs à la tire. Les fraudes à la carte bancaire sont fréquentes ; ne perdez jamais de vue votre carte et préférez le paiement en espèces pour les petites sommes.
– Les forces de l’ordre sont très pointilleuses sur le respect de la loi et les infractions peuvent être sévèrement réprimées : jusqu’à 10 000 dollars US pour la consommation de drogue, voire une incarcération en cas de récidive.

À GARDER À L’ESPRIT
  • N’essayez pas d’argumenter avec les forces de l’ordre, notamment pendant les contrôles de sécurité dans les aéroports.
  • En cas de catastrophe naturelle ou de phénomène météorologique violent, suivez les consignes des autorités.
  • Informez-vous des prévisions météorologiques avant de partir en excursion.
  • Appliquez les mesures de protection contre les piqûres d’insectes dès le début du printemps.
  • Baignez-vous uniquement dans les zones autorisées et surveillées.
  • Évitez les contacts avec les animaux sauvages.

Les informations médicales sont en constante évolution. Ces informations ne prétendent pas se substituer à un avis médical. Suivez toujours les recommandations de votre médecin traitant ou de votre pharmacien. Informations tirées du Guide de la santé en voyage édité par Vidal et du BEH du 1er juin 2010. Maj 06/2010 © Copyright Eurekasanté-VIDAL, 2007-2010