Ventre : gare aux excès et aux virus

En cette période de fêtes et d’hiver, notre ventre, aussi surnommé deuxième cerveau, peut souffrir de nos excès ou de la rencontre de virus… Zoom sur nos ennemis digestifs !

Gastro : des virus qui aiment l’hiver

Les épidémies de gastroentérites sont dues à de multiples virus.

Les symptômes, vomissements et/ou diarrhée, apparaissent brutalement et le malade guérit généralement en 24 à 72 heures.

 

Des bactéries, dont les plus célèbres sont les salmonelloses, peuvent être présentes dans les aliments comme les fruits de mer, les viandes insuffisamment cuites, les poissons crus, mais aussi les crèmes glacées ou le lait. Dans certains cas, des parasites peuvent être source de gastro-entérites, par exemple lors d’un voyage.

 

Attention : la gastroentérite peut être à l’origine d’une déshydratation importante, notamment des nourrissons, des enfants et des personnes âgées qui ressentent moins la sensation de soif. Il est indispensable de les surveiller et de consulter en urgence si la réhydratation est impossible.

 

Digestion difficile...

Parfois, la digestion peut être inconfortable sans pourtant avoir mangé en excès.

 

Les causes peuvent être multiples, mais, en dehors des pathologies digestives chroniques, elles sont souvent liées à notre alimentation. En effet, l’hiver, les choix alimentaires sont plus restreints et notre alimentation moins variée que pendant le printemps et l’été, par exemple. Les fruits et légumes disponibles sont moins nombreux. Nous avons tendance à consommer plus de féculents, qui sont plus lents à être digérés. Le froid à l’extérieur nous fait également préférer des plats plus gras et plus difficiles à digérer comme la raclette ou la tartiflette pour n’en citer que deux…

 

Sans gâcher les plaisirs hivernaux, il est bon d’alléger un peu notre assiette, par exemple en favorisant les soupes (sans crème ni fromage…) et les desserts légers pour une digestion plus douce. Enfin, les conditions climatiques sont peu propices aux activités physiques extérieures comme les balades digestives, limitant le travail des muscles abdominaux, utiles à la digestion.

 

Fêtes et excès…

Retrouvailles en famille ou entre amis, Noël, jour de l’an, galette des Rois… Autant d’occasions de se faire plaisir et de partager des bons plats !

 

Mais cette cuisine festive est également souvent synonyme de plats excessivement lourds, consommés à répétition, accompagnés d’alcool parfois sans modération… De quoi fatiguer votre appareil digestif, peu habitué à une telle suractivité !

 

Conseils pratiques

Les troubles digestifs sont nombreux et variés. Des médicaments peuvent agir sur les différents symptômes, mais commencer par rétablir une bonne hygiène alimentaire est aussi utile pour apaiser un appareil digestif agité.

 

• En cas d’excès, le mieux est de faire une petite cure d’aliments faciles à digérer, de préférence avec une cuisson vapeur : les féculents et les légumes non verts, les viandes blanches, les poissons cuits, les fruits bien mûrs… En plus petite quantité qu’habituellement, pour soulager votre ventre.

 

• En cas de gastroentérite, il est recommandé de faire une diète de 24 à 48 heures pour permettre à l’estomac et à l’intestin de récupérer. Mais pour compenser les fortes pertes liées aux vomissements et diarrhées, l’hydratation doit être importante : eau de riz, bouillon de légumes salé, thé sucré, etc. Si les vomissements cessent, privilégiez un peu de riz ou de compote, puis la réintroduction de l’alimentation normale. Enfin, sans amélioration dans les 3 jours ou si une fièvre persiste, la consultation médicale est indispensable.

 

Attention : pour les enfants et notamment les tout-petits, la déshydratation peut être dangereuse et le mieux est de leur proposer les solutés de réhydratation (disponibles en pharmacie). Proposez à l’enfant d’en boire quelques cuillères, puis augmentez la dose s’il n’y a pas de vomissements.

 

Les signes d’alerte !

 

Avoir mal au ventre parce qu’on a trop mangé est, on l’a vu, la plupart du temps un mauvais moment à passer. Mais parfois, il faut consulter rapidement, car cela peut être plus grave.

 

Parmi les signes à ne pas négliger et qui doivent alerter :

> Saignements dans les vomissements (signe possible d’ulcère)

> Saignements dans les selles (signe possible de maladies intestinales)

> Douleur aiguë dans le bas du ventre (à droite, c’est un signe possible d’appendicite)

> Fièvre associée à des vomissements ou diarrhée

> Réhydratation impossible