Premiers secours : les gestes simples en cas d’urgence

 A l’occasion de la Journée Mondiale des Premiers secours, le 9 septembre, découvrez les premiers gestes à adopter dans une situation d'urgence !

Quelques chiffres clés

> 10 à 12 millions d’accidents de la vie courante se produisent chaque année en France.

> 4,5 millions de personnes ont recours aux urgences pour des accidents de la vie courante.

> Ils représentent 500 000 hospitalisations et environ 20 000 décès.

> 2/3 des accidents de la vie courante surviennent pour des personnes âgées de plus de 75 ans.

> Il s'agit de la première cause de décès chez les enfants de moins de 15 ans.

Certains pourraient être évités et d’autres qui se produisent devant des témoins pourraient donner lieu à une action plus efficace avant l’arrivée des secours.

L’implication de chacun est indispensable et la « sécurité civile » est l’affaire de tous comme le rappelle la loi. Premiers témoins, formés aux « gestes civiques », vous êtes le premier maillon d’une chaîne de solidarité et de survie indispensable.

Les premiers réflexes à avoir

> PROTEGER

Garder son calme et évaluer la situation sans se précipiter : approcher prudemment, protéger et se protéger

• En voiture : baliser le lieu de l’accident avec un triangle de pré-signalisation en amont, allumer ses feux de détresse, couper le contact du véhicule.

• À la maison : couper le courant avant de toucher la victime (disjoncteur), ne pas provoquer d’étincelle (interrupteur, sonnette, lampe de poche…) en cas de risque d’explosion…

• En règle générale, ne pas déplacer ni bouger la victime sauf danger imminent.

Connaître les signaux de protection des populations en cas d’alerte et savoir réagir

Un signal prolongé, diffusé par une sirène (montant et descendant) de trois fois une minute impose de :

• S’enfermer dans un local (fermer portes et fenêtres).

• Allumer la radio (France Inter 162 kHz ou 1852 GO).

• Ne pas sortir, ne pas aller chercher ses enfants à l’école (des dispositions seront prises dans les établissements scolaires).

• Fermer toute source de gaz, ne pas fumer.

• Laisser les réseaux de communication libres (ne pas téléphoner).

En fin d’alerte, un signal sonore continu est diffusé par la sirène.

En cas de risque particulier, des consignes spécifiques seront données par les autorités (haut-parleur, radio…).

> ALERTER

Quand appeler ?

Après avoir observé rapidement la situation et localisé l’accident ou l’événement, alerter ou faire alerter les secours adaptés.

Qui appeler ?

• SAMU (15) pour tout problème médical urgent (un médecin « régulateur » évalue la gravité, donne les conseils et/ou envoie les secours appropriés, dans les cas les plus graves, une équipe médicale de réanimation du Service Médical d’Urgence et de Réanimation (SMUR) le plus proche).

• Sapeurs-pompiers (18) pour toute demande de secours.

• Police ou gendarmerie (17) en cas de trouble à l’ordre public.

Que transmettre ?

• Origine de l’appel (préciser son numéro de téléphone, le numéro de borne kilométrique…).

• Lieu précis de l’événement (ville, rue, sens de circulation, point kilométrique…).

• Nature de l’accident et risques particuliers encourus (ligne EDF haute tension, produits inflammables, incarcération…).

• Préciser le nombre de victimes, leur état apparent et les gestes entrepris.

• Ne pas raccrocher le premier mais attendre d’y être invité.

Apprécier l’état de la victime est une étape fondamentale car de cet examen découle le choix du geste qui sauve.

Deux numéros importants à connaître

> Le 112 est un numéro d’urgence européen accessible dans toute l’Europe (en cas de voyage à l’étranger); tous les services sont interconnectés.

> Le 115 est le numéro du SAMU social pour toute personne en détresse sociale (personnes sans domicile ou sans abri en période de grands froids…).