La médecine traditionnelle chinoise

Cette année, le nouvel an chinois débute vendredi 16 février, l’occasion d’évoquer les propriétés étonnantes des plantes médicinales chinoises. Elles sont aussi bien utilisées en préventif qu’en curatif, et dans des domaines aussi variés les uns que les autres. Présentation de 3 plantes incontournables !

Le févier de Chine, l’indispensable pour lutter contre les maux de l’hiver

Utilisé depuis plus de 2000 ans, le févier de Chine fait partie des 50 herbes fondamentales de la pharmacopée traditionnelle chinoise. Il s’agit d’un arbre de 5 à 7 mètres de haut comportant des épines, des fleurs blanches et un fruit brun jaunâtre.

Cette plante présente des vertus antibactériennes et antifongiques, mais également antitussives, apyrétiques et astringentes (c’est-à-dire, qui a la capacité de contracter les muqueuses). Elle est donc préconisée dans le traitement des toux, des maux de gorge et des inflammations.

L’angélique chinoise, l’alliée des femmes

L’angélique chinoise est une grande plante aromatique retrouvée dans les régions montagneuses de la Chine, de la Corée et du Japon. Ses racines séchées, consommées en capsule ou en infusion, sont très appréciées par les femmes. En effet, ses principales utilisations résident dans le soulagement des douleurs prémenstruelles et menstruelles ainsi que des symptômes de la ménopause.

Le lyciet de Chine, votre atout pour rester jeune

Arbrisseau de 1 à 2 mètres, aux fleurs violettes et aux baies rouges, le lyciet de Chine est réputé pour son fruit le goji. Très riche en antioxydant et vitamines, c’est un antiride naturel et un stimulant du système immunitaire.

Les plantes médicinales chinoises constituent un « trésor national ». Cependant, ce ne sont pas des produits anodins. Avant toute consommation, parlez-en à votre médecin ou pharmacien.