Les #allergies alimentaires de bébé

La principale allergie alimentaire de bébé est l’allergie aux protéines de lait de vache (APLV, 2 à 3% des nourrissons de moins de 1 an).

Elle est liée à une sensibilisation à une ou plusieurs protéines de lait. On parle alors d’allergie primitive. A distinguer de l’allergie secondaire aux protéines de lait de vache, transitoire, qui peut découler d’un épisode de gastro ou de diarrhée.

 

Les manifestations cliniques sont variées : troubles digestifs, gastro-intestinaux, cutanés, respiratoire.

 

Il existe deux types d’allergies 

- La première provoque des manifestations immédiates dans les deux heures suivant l’ingestion de lait : diarrhées, vomissements, urticaire, choc anaphylactique*...

- La seconde est responsable de manifestations retardées : douleurs abdominales, constipation sévère ou diarrhées chroniques, eczéma, toux, asthme…

 

En cas de persistance des symptômes, demandez conseil à votre médecin.

 

Nos astuces et conseils 

 

- Une consultation allergologique est indispensable dès que l’on soupçonne une allergie alimentaire : interrogatoire rigoureux, tests cutanés et biologiques, tests de provocation…

 

- Remplacez votre lait infantile habituel par des préparations à base d’hydrolysats poussés de protéines, jusqu’à l’âge de 9 à 12 mois au moins. Il s’agit de préparations contenant des protéines sous forme fractionnées, pour éviter tout déclenchement de réaction allergique. Ces formules sont remboursées par la sécurité sociale sur prescription.

 

- Pour 5% des nourrissons allergiques, les symptômes persistent : on utilise alors des formules composées uniquement d’acides aminés, ou un hydrolysat poussé de protéines de riz.

 

- Une réintroduction progressive sera mise en place à l’âge de 1 an, sous surveillance.